News

Bedous - 13 Août 2017 ( par Ben )

le dans Racine
Bedous - 13 Août 2017 ( par Ben )
En ce beau dimanche, direction la vallée d’Aspe et plus précisément Bedous, au programme, un peu plus de 30km et 1250 de d+.

Il y a les bro Riri et Fifi, Olive, Christophe et moi même.

Une fois équipé, c’est parti pour 16km d’ascension dont le col de Bergout pour aller chercher la fameuse descente d’Ichantes. Direction Accous par du single et du GR, un petit portage, une chute pour l’un d’entre nous qui a déclipsé du mauvais côté et a mis le pied dans le vide, rdv 3m plus bas, pas de bobo mais une bonne rigolade! Et enfin Ichantes s’offre à nous.

Ca commence par une succession d’épingles “pierreuses” à fleur de montagne, nouvelles cascades pour deux d’entre nous, de la caillasse qui secoue et te réveille et on pénètre dans la forêt pour du monotrace hyper ludique, avec par endroit des marches qui se sautent avec la vitesse en douceur.

On est en bas et hyper satisfait de cette descente qui se méritait mine de rien.

Bon maintenant pour aller chercher la deuxième descente du jour à savoir l’Ardoisière, il va falloir de nouveau grimper et il commence à faire chaud!
On passe par le charmant petit village d’Aydius, et ses pentes véritables murs à monter!

On grimpe, grimpe et grimpe… Puis on s’engage dans du single qui descend légèrement, tout le monde croit que l’ascension est terminée, mais non, d’après le graphique du GPS, il en reste encore à grimper! Quelques mètres de portage, un peu de roulage et on y est enfin!

Le départ est un peu cassant, puis passage en sous bois, toujours rapide et ludique, je me prends une boîte bêtement, aie le coude, quelques jolies épingles plus tard, on aperçoit le village de Bedous.



Ainsa 2017 - (par Ben)

le dans Racine
Ainsa 2017 - (par Ben)
Jour 1 :
Nous sommes partis vendredi en début d’après-midi, enfin plutôt milieu d’après-midi suite à quelques ajustements de dernière minute. Arrivée à Ainsa vers 19h, même si l’idée d’aller rouler à traverser l’esprit de certains, les 36 degrés ont initié une toute autre activité…
Ah, j’ai oublié un détails, qu’y avait-il!? Il y avait dans le désordre : Fifi, Christophe, Eric, Emeric et moi.

Jour 2 :
Samedi matin, on y est enfin!!!! Après avoir visionné de nombreuses vidéos sur Youtube, on voit enfin de nos propres yeux ces magnifiques paysages!
L’ascension débute par un lit de rivière que l’on remonte, puis un single avec pleins de petites pierres qui demande énergie et un bon gainage pour mener à bien le passage, un peu de piste et d’après le graphique du gps, c’est la première descente!!!!!! On enfile les protections, on mange un petit truc et gazzz, single dans la forêt avec marches et pierres au menu, s'ensuit un changement radical de paysage, plus de forêt, une zone aride et cassante.
Fifi s’arrête, “je crois que j’ai pété un rayon”, ça n’a pas loupé, la SLR a un rayon de sectionné. Pas le choix, il faut continuer comme ça. (roue réparée par un mécano le soir dans Ainsa)
Passage dans la zone lunaire et dans cet espèce de goulet, véritable piste de bobsleigh assez impressionnante lorsqu’on y est dedans.
Seconde montée, et dernière descente qui était bien rythmée et assez exceptionnelle.

Jour 3 :
On avait un impératif, rendre nos chambres d'hôtel à midi et se doucher avant de prendre la route.
Merci Emeric et sa maîtrise de l’espagnol qui nous ont permis de trouver un taxi pour nous poser tout en haut et profiter au mieu de la matinée.
8h35 : notre chauffeur est là, alias Jo l’indien avec un jolie Caravelle et une remorque (8 vélos possible) qui nous a bien faites baver, les vélos sont rapidement installés et petit détail, réglage possible en fonction de la taille des roues pour une meilleure prise de la roue. 1800 euros l’engin : Bernard, sors le chéquier!!!
D’entrée, petit coup de pression,”il a plu cette nuit, si vous êtes trop sales, je ne vous remonte pas”. Car oui l’idée est de faire la Coasta Doble, c’est la même montagne mais avec deux descentes différentes, on fait la première, il nous remonte et on fait la seconde…
Jo nous dépose, petite parenthèse, Jo a une conduite très sportive!!! Bref, on fait 10 minutes de montée et c’est partie pour la première descente : ça débute gentil, single à fleur de colline et on attaque assez vite dans le dur, c’est dégagé mais très pentu avec une multitude virage en lacets toujours avec des pierres légèrement humides, c’est très physique car on est forcément sur les freins et sans vitesse. On plonge dans le forêt, tjrs très pentu avec de l’épingle gentille et de la marche, fin de la première descente! On est tout propre car pas de boue malgré la pluie de la nuit.
Arrivée au point de rdv, Jo nous attend et on remonte!
On se refait les 10-15 min de pédalage et gazzzz, que du single en pleine forêt avec des épingles vertigineuse avec marches, des passages très rapides où la moindre inattention peut t’envoyer rouler dans la pente. mais aussi des passages très engagés où quand tu passes, tu espères que le copain derrière va aussi passer sans encombre.
C’est de la folie, le secteur est vraiment paradisiaque d’un point de vu vtt.
On longe le Cinca et nous sommes à l'hôtel!
Un super week end tant sur le vélo qu’à côté!

PS : partant pour y retourner un week-end si ça dit! ;)




vtt labatut (parJean-Yves)

le dans Racine
vtt labatut (parJean-Yves)
Bonjour en ce dimanche 2 randos au choix :Capbreton ou Labatut,pour moi choix vite fait car beau temps et terrain sec,que du bonheur. Nous sommes 6 du club de St Sever;accueil sympa,café offert,à mon avis plus d une centaine de vttistes au départ groupé à 8h15,avec des vagues d environ 10 vtt chaque minute, bonne idée mais malgré tout des bouchons sur les premiers monotraces.
Il y a 3 ravitos sur le circuit 45 kms qui en réalité en fait 52 kms; le dernier avec plancha est très bien fourni.
Rien à dire sur les parcours ,à mon avis plus qu'excellents;de superbes montées,longues ,techniques,et pour récupérer,un peu de plat,avec passage sous l 'autoroute;et plus loin une montée à plus de 15%,les cuisses chauffent! puis des descentes fabuleuses et fluides,très fun avec beaucoupo de vitesse.A noter un parcours très propre,pour finir un passage dans le tunnel et environ 8 kms de roulant .
En discutant avec les autres participants,tout le monde avait le sourire.
A l'arrivée:Sandwich +Bière que demander de plus ?...Rien

Luchon - (par Thomas)

le dans Racine
Luchon - (par Thomas)
Depuis 10 ans j'entends parler de Luchon, j'ai donc enfin testé et hautement approuvé !

Parti à 6h45 de St Sever, je suis 2h00 plus tard garé sur le parking (gratuit) à 100m du télécabine. Ca commence bien.

Je rejoins quelques camarades d'enduro du Pays Basque et de Bordeaux (dont Laurent et sa femme Angélique: lui natif d'Augreilh et qui se rappelle avoir roulé il y a longtemps avec Lilian et Olivier Ladsous !).
Nous sommes donc 6, nous prenons notre forfait journée à 9h30 à l'ouverture du télécabine: 19 €, c'est raisonnable.

Et là ça devient magique: en 10min le télécabine nous monte du centre ville de Bagnères de Luchon à Superbagnères, soit de 600m à 1800m.
En haut, panorama exceptionnel sur le massif de l'Aneto et de tous côtés.

Nous enchaînerons 4 descentes le matin et 3 l'après midi.

Ce n'est pas une station de DH comme St Lary ou Cauterets, ici on est dans un environnement 100% naturel, 100% de single dré dans l'pentu dans les bois. Chaque descente est une véritable spéciale d'enduro (certaines sont courues lors de l'enduro de Luchon mais je n'ai jamais eu l'occasion de le faire) qui dure entre 8 et 10km pour 1200m D-. Il y a très peu de monde et la variété des sentiers est superbe, nous sommes en pleine nature au milieu d'arbres gigantesques, de quelques vaches aussi. Pas de modules, pas de sauts où alors pour ceux qui aiment sur les bosses naturelles des parcours, par contre de la pente, des épingles, peu de rochers ce qui est assez rassurante en cas de chute.

Nous avons mixé des singles balisés (le GR pour commencer mais chut faut pas le dire il est interdit au vélo), des pistes balisées VTT rouge et noires, la Kbourre, et des singles ouvert par Alex en habitué du site dont un magnifique qu'il a baptisé la virgule et qui est juste grandiose et emprunté seulement par lui.

Toutes les descentes nous ramènent sur le départ du télécabine, vraiment pratique.

Au final 56km de descente pour un D- de 8400m (un Everest !), le tout quasiment sans pause sauf 1 heure à midi, autont dire qu'il n'y avait pas que les plaquettes de freins de ruinées !

Mais autant j'étais resté sur ma faim à St Lary et au Pic du Jer, j'avais trouvé Cauterets nullisssime, autant là c'est vraiment ZE spot pour enchaîner des descentes de type enduro.

Avis aux amateurs, j'aimerai bien y retourner avant que ça ne ferme !